Naaaaaaaaaa


Incarnez un shinobi dans l'univers de Naruto. La grande guerre ninja n'est plus qu'un lointain souvenir.
 

Partagez | 
 

 Fujimi Jin - 富士見晋

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fujimi Jin
Samouraï légendaire Rang S / Jinchûriki de Kurama
avatar

Points : 150

MessageSujet: Fujimi Jin - 富士見晋   Dim 15 Mar - 23:16



富士見晋



   
   
   

NOM & PRÉNOM ▬ 富士見晋 Fujimi Jin.

SURNOM ▬  Hitokiri Battõsai qui signifie littéralement « L'assassin qui dégaine l'épée ».  

ÂGE ▬  Vingt-six ans.  

VILLAGE/PAYS ▬   霧隠れの里, Kirigakure no Sato

LIEU & DATE DE NAISSANCE ▬ 7 Mars - Originaire de Tetsu no Kuni.

Nindô ▬  Perpétuer la voie du Bushidô ainsi que la mémoire de sa défunte épouse.

RANG/NIVEAU ▬ Samouraï légendaire - Kyuûbi no Jinchûriki - Rang S - Niveau ??.


           feat :
H.Rurouni K.


心理学外観


« Si, avec un mental pur, quelqu’un parle ou agit, alors le bonheur le suit comme l’ombre qui jamais ne le quitte. »

▬ Cordial – Pacifique – Loyal – Intrépide – Spirituel – Compréhensif – Dévouer – Patient – Perfectionniste – Complaisant - Nostalgique – Mélancolique – Énigmatique - Taciturne.

Jin est une personne d'apparence très calme et posée. Il ne parle que très peu et uniquement pour les choses qu'il juge importantes. Son attitude peut paraître un peu hautaine et froide au premier abord. Mais ce n'est juste qu'un masque qu'il arbore et, qu'il garde plus par habitude que par réelle volonté. Son regard est perçant, et peut dissuader une personne de parler en quelques secondes. C'est principalement un observateur, analysant une situation avant d'agir ou de prendre une décision... Même si il est capable d'agir instinctivement à une menace ou une nécessité immédiate. Son expérience lui a appris à prendre les bonnes décisions, bien que personne ne soit infaillible et qu'il ait commis quelques erreurs par le passé et en commettra d'autres au fil du temps.

C'est un guerrier en plus d'être un homme loyal et fidèle, sa détermination est sans faille et inébranlable, l'honneur règne en maître chez ce manieur de katana hors pair, l'apprentissage du Bushido l'a fortement influencé quant au système de vie qu'il respecte chaque jour. Jin possède un profond respect envers ses pairs, bien qu'il soit légèrement différent comme le lui a souvent répété son mentor : " Tu es la réincarnation du Bushi lui-même. ", des paroles prononcées après avoir jugé l'étendue du potentiel de son élève qui en peaufinant et étudiant plusieurs styles de maîtres manieurs de katana, donna naissance à son propre art de combat lame ranger dans son fourreau prêt à être dégainer, une technique dit supérieur au Iaijutsu de ses prédécesseurs, les anciens disaient autrefois qu'un fils du Bushi verrait le jour, peut-être était-ce de Jin que ces derniers faisaient allusion.

Lui qui décida de mettre tout son être dans l'accomplissement, l'achèvement de l'art Samouraï fusionné à une panoplie de styles différents. Une fois qu'on l'a apprivoisé, le jeune homme se révèle être une personne plutôt sensible et chaleureuse. Il peut même se révéler parfois comique, et taquin auprès de ses proches. En combat, c'est un adversaire obstiné et plutôt implacable. Tant qu'il lui reste des forces, il continuera à se battre. Il ne perd jamais son sang-froid et peut se montrer très cruel, il est capable d'adapter son style de combat en fonction de celui de son adversaire, agissant tantôt sournoisement ou de manière plus frontale, comme on le lui a appris à l'école " Õkido Shōden ".

En effet, son apparence rigide force un certain respect, de par la prestance et le certain charisme qui émane de ce jeune combattant au cœur pur, pacifiste dans l'âme, le rouquin a souvent tendance à éviter les conflits qu'il juge inutile, sa sagesse plus ou moins profonde lui vient en effet de son apprentissage stricts, la haine est un véritable pêcher chez les samouraï. Bons nombres de ses adversaires ont eu le malheur de s'être mit en travers de son chemin, ou de l'avoir particulièrement sous-estimé au vu de son visage d'ange assez trompeur. Cet ensemble formé d'une série de contrastes saisissants donne toute sa complexité et sa personnalité quelque peu mystérieuse, étrange mais, néanmoins unique à Jin. Tout ceci n'est toutefois que le reflet renvoyer par un esprit tourmenté par des années de souffrance intérieure.


« Buke Shohatto 武家諸法度 Le code des principes samouraï »

Bushido autrement appeler " Buke Shô Atto " signifie la volonté déterminée de mourir. Quand il se retrouvera au carrefour des voies et qu'il devra choisir la route, le bretteur n'hésitera pas ; et choisira la voie de la mort. Ne posant pour cela aucune raison particulière du moment que son esprit soit ferme et prêt. Quelqu'un pourra dire que si le Fujimi meurt sans n’avoir atteint aucun objectif, sa mort n'aura pas de sens ; ce sera comme la mort d'un chien. Mais quand celui-ci se trouvera au carrefour, le cicatrisé ne devra pas penser à atteindre un objectif ; ce n'est pas le moment de faire des plans. Tous préfèrent la vie à la mort et si lui samouraï, raisonne dans ce chemin ou si il fait des projets il choisira la route de la vie évidemment. Mais si cet assassin manques le but et reste en vie, en réalité le guerrier sera donc considéré comme un couard.

Ceci est une considération importante. Si il meurt sans atteindre un objectif, sa mort pourrait être la mort d'un animal, la mort de la folie, mais il n'y aura aucune tache sur son honneur de Samouraï. Dans le Bushido , l'honneur vient en premier. Par conséquent, que l'idée de la mort soit imprimée dans son esprit chaque matin et chaque soir, d'où le fait que Jin dorme avec son fourreau dans les mains prêt à affronter la grande faucheuse à n'importe quels moments.

Quand sa détermination de mourir aura trouvé une demeure stable dans son âme, notre épéiste juvénile aura donc atteint le sommet de l'instruction du mythique bushido.

Le respect d'un certain stoïcisme, du mépris du danger et de la mort, d'honneur, de courage, de fidélité absolue à la parole donnée; une philosophie qui s'adresse avant tout au gentilhomme, au Bushi. Au bouddhisme, le guerrier puise un sens de sereine confiance dans le destin, un esprit de soumission à l'inévitable. L'acceptation stoïque du danger et de ses conséquences, le dédain de la vie. Au shintoïsme, le Bushi puise les notions de loyauté envers le supérieur, de vénération des ancêtres, de piété filiale, de passivité et de patriotisme.

Clef de voûte de cette mentalité, la rectitude, la justice ou Giri est la vertu la plus importante : c'est le devoir pur et simple. La deuxième vertu est le courage ou la disposition à accomplir ce qui est juste. Vivre lorsqu'il est juste de vivre et mourir lorsqu'il est juste de mourir. Le nasake ou bienveillance, vient ensuite. C'est la magnanimité, la pitié, la sympathie, le tout cultivé par la poésie et la musique.

Oser vivre quand la vie est plus pénible que la mort, apprendre à ne point se plaindre, malgré les plaintes de l'âme et les souffrances du corps voilà l'ascèse de celui qui suit le le célèbre code samouraï qui n'est rien d'autre qu'une religion pour ces derniers. Un commandement suivi à la lettre par Jin depuis son initiation, ayant été élevé dans ce sens, une éducation des plus ancestrales de nature très strict.

Voici d'ailleurs le serment que notre bretteur au sang-froid si déstabilisant a dû prêté avant l’initiation au Bushi :


Citation :



« Je n'ai pas de parents, je fais des cieux et de la terre mes parents. »
« Je n'ai pas de demeure, je fais de  Tetsu No Kuni ma demeure.»
« Je n'ai pas de fortune, je fais de ma docilité ma richesse. »
« Je n'ai ni de vie ni de mort, ma vie et ma mort ne font qu'un. »
« Je n'ai pas de corps, je fais de mon stoïcisme mon corps. »
« Je n'ai pas de Yeux, je fais de la lumière émanant des éclairs mes yeux. »
« Je n'ai pas d'oreilles, je fais de ma sensibilité mes oreilles. »
« Je n'ai pas de stratégie, je fais du droit de tuer celui de protéger à tout prix ma stratégie. »
« Je n'ai pas de principes, je fais de mon adaptation en toutes circonstances mes principes. »
« Je n'ai pas de tactique, je fais de la plénitude ma tactique.»
« Je n'ai pas de talents, je fais de mon esprit prêt à réagir mon talent. »
« Je n'ai pas d'amis, je fais de mon esprit mon ami. »
« Je n'ai pas d'ennemis, je fais de l'imprudence mon ennemie. »
« Je n'ai pas d'armure, je fais de ma bienveillance mon armure. »
« Je n'ai pas d'épée, je fais de mon être mon épée. »

D'après la voie du Bushido.


« La mort est la fin de la vie physique et le passage dans un ailleurs qui demeure mystérieux. »


Jin est un jeune homme dans la fleur de l'âge en termes de maturité physique. D'une corpulence plutôt athlétique et élancée, ses traits graciles ne laissent pas transparaître au premier abord la souffrance confinée au plus profond de sa chair, une sorte d'esprit tourmenté au "visage angélique". Et même si la couleur rouge flamme de ses longs cheveux lisses ou bien l'envoûtante couleur violacée de ses yeux sont des atouts de séduction non négligeables, il n'en est rien lorsque l'on a bien cerné le personnage mais malheureusement peu d'individus peuvent s'en vanter.

Outre le fait qu'il revêt un élégant et ample ensemble appelé Sashinuki Hakama (ensemble traditionnel) composé d'un kimono de soie rougeâtre parfois d'un bleu océanique, arborant en guise de motifs des kanji à hauteur du col et d'un Hakama, pantalon traditionnel d'une teinte grisâtre de la même matière. Deux fourreaux contenant respectivement un katana et un wakizashi venant orner son ceinturon de soie, le tout compléter par des bottes et sandales autrement appeler " Geta " rappelant vaguement celles des soldats féodaux. De longues chaussettes du nom de " Tabi " d'une couleur blanchâtre et agréablement soyeuse au toucher.

Certes, il possède un visage aux traits fins, harmonieux et un côté sauvage que lui confère son impressionnante cicatrice en forme de croix sur la joue gauche, reliefs délicats qui plairont à l'œil de tout être, principalement celui du sexe opposé. Mais les particularités physiques de Jin sont toutes autres, notamment le sceau dont il ne connait l'existence, incrusté au centre de sa cicatrice. Ainsi que ses oreilles à l'ouïe légèrement plus élevé que la moyenne, des tatouages sur le dos représentant l'insigne de son clan qui jadis, dominait les terres du pays du fer.

Le séducteur a, le tout d'apparence quelque peu meurtrière, un physique d'assassin digne de ce nom et qui ne sont rien d'autres que les manifestations corporelle des aptitudes physiologiques légués par sa famille antique. Il est vrai que ses mouvements diffèrent de ceux des initiés aux Bushido normaux. Ils sont plus amples, plus assurés. Élancés, sveltes, émaciés sont autant d’adjectifs qui reviennent à son sujet malgré une vitesse d’exécution rarement égalée, pas même par ses maîtres, dorénavant dépassé par leur jeune étudiant.


Comme la majorité des combattants des membres du séculaire clan Fujimi, il possède, un visage divergeant en fonction de son humeur, ses yeux d'une couleur violette se révéleront ambré lorsqu'il laisse la haine prendre le dessus sur son esprit pourtant si pur. Une capacité sensorielle des plus avancés de par ses entraînements douloureux et intensifs, pouvant capter le moindre bourdonnement d'insectes en plein milieu d'un vacarme, ses pupilles, une fois devenue dorée ayant lui confesse une vision très précise.

Pourtant, il semble incarner la beauté, l'aura et la grâce venue d'ailleurs du peuple d'épéiste nomade. Des capacités physiques et mentales pouvant être parfois surhumaines, une agilité féline, un style très particulier, voici l'être spirituel qu'est Fujimi Jin, Hitokiri no Battõsaï, dernier fils et gardien du Bushidô, hôte du démon canidé.


ストーリー展開




« Nous y voici, le moment de vous divulguer une infime partie de son histoire, celle d'un homme qui sera sujet de nombreuses de rumeurs dans notre monde et que les enfants chanteront afin de lui rendre un hommage des plus mérités ... En ces temps où grandit la violence, peu importe la force qui nous habite, nul ne peux arrêter le cours du destin. Un soir crépusculaire, charmant et ami du criminel, un soleil couleur rouge sang se dessinait dans le ciel, une sphère rougeâtre qui illuminait le pays du fer qui voyait du haut des cieux la naissance d'un nourrisson à la frimousse du même teint que les rayons qui émanaient du globe enflammé. Fujimi Jin où le conte du légendaire Samouraï Battõsai.»

Le balafré naquit au pays parsemés de flocons blanchâtres et perpétuels, cadet d'une famille modeste et progéniture d'un père anciennement samouraï devenu ouvrier et d'une mère infirmière. Le rêve de son paternel était d'avoir un fils qui soit digne de rentrer dans les rangs du célèbre patriarche des initiés au Bushi, en outre « Misatachi », quant à la femme qui l'avait mis au monde, celle-ci désirait tout simplement que sa progéniture, son sang, deviennent quelqu'un de respectable et de pur, sachant gravir tous les dangers que la vie pouvait offrir. Son paternel décida d'enfermer en son enfant, après de longues discutions avec le chef du village, le célébrissime et redoutable démon à queues « Kyuûbi », à la suite d'un attentat causé par la bête enragés aux allures goupils sur le temple religieux situé à proximité. En accord avec le temple shaolin voisin, le bijuu fut scellé à l'intérieur du nourrisson. Malheureusement pour les parents du « Jinchuriki », ils moururent tout deux d'une maladie intestinale incurable après avoir consommé un ingrédient au poison extrêmement venimeux et par conséquent mortel. Un événement tragique survenu peu d'années après la cérémonie de scellement.

Sûrement un meurtre de la part des membres du voisinage qui, il faut l'avouer, faisaient preuve d'une certaine forme de racisme envers la famille Fujimi et leur chevelure aussi rouge que les flammes des abysses infernales, de crainte que la prophétie liée aux descendants de ce clan mythique ne se répète à nouveau après que cette dernière ne se soit réalisée il y a de ça trois cents ans. La maison faites de bois de chênes séculaires fut ensuite brûlée par les responsables, leur enfant tout juste âgé de trois ans, sauvé de justesse par un mercenaire de passage, puis vendu à un marchand d'esclaves qui ne put le rétrocéder pour la somme qu'il désirait dans le pays où il résidait, décida de le transporter jusqu'à celui de la lune.

Enfermer alors qu'il ne savait à peine se servir de ses deux jambes dans un abominable convoi, où l'odeur qui y régnait n'était rien d'autre que celle de la mort. Pendant une durée de neuf jours et neuf nuits, le gamin voyagea dans des conditions difficiles avec pour seule nourriture, un misérable bout de pain rassis et dur comme la roche, de l'eau teinté d'un jaune suspect quasiment imbuvable.

Dès son arrivée, le chariot comportant les esclaves fut pris d'assaut par une bande de truands sans aucune morale, violant les femmes sous les yeux du petit orphelin, les égorgeant une fois leur épouvantable soif de sexe satisfaite, tuant le peu d'hommes qu'il y avait comme du simple bétail, une véritable boucherie, une scène qui allait sans aucun doute marquée notre fils d'ouvrier et le suivre tout le reste de son existence.

C'est alors, qu'à l'instant où l'un des brigands remarqua la présence de Jin prêt à l'envoyer dans l'au-delà alors qu'il n'était même pas conscient de la situation dans laquelle il se trouvait, allait lui ôter la sienne sabre à la main, prêt à découper le crâne fragile du Fujimi terrorisé, que l'assaillant se voyait déjà étouffer par son propre sang. En effet, tout comme ses sous-fifres, le meneur de cette action inhumaine avait été tué à son tour, le cou transpercé par un katana et un unique vieil homme aux pupilles étrange et alarmante, d'un rouge sanglant avec à l'intérieur, plusieurs tomoe qui étaient en rotation autour de sa prunelle noire comme la nuit.



« 自分の無知を知ることは知識の最良の部分です. »
Connaître son ignorance est la meilleure part de la connaissance.

Après avoir repris connaissance au bout de plusieurs jours de chôma, la faute à la malnutrition et aux événements bouleversants que l'héritier d'une famille dévastée par la peur ne pouvait emmagasiner d'un coup. Le gamin fut renommé par celui qui lui avait sauvé la vie, il lui donna le nom de « Jin », trouvant le prénom que l'orphelin portait à l'origine trop mou.

Ce vieux guerrier solitaire se nommait « Uchiha Mitsurugi », véritable misanthrope, il vivait dans une contrée reculée de tout être humain, en tant qu'ermite et étant grincheux, on pouvait facilement entrevoir le côté insociable de sa personne. N'ayant pas d'autres choix, le shinobi à la retraite adopta le rouquin juvénile après l'avoir remis sur pied, l'élevant comme son propre fils, se mettant même par lui enseigner une infime partie de son savoir. Entre autre l'art du ninjutsu et plusieurs autres domaines où il excellait, en particulier le Kenjutsu, et bien évidemment la connaissance et la familiarisation de la bête qui sommeillait à l’intérieur de ses entrailles. Une fois que son disciple venait d'atteindre la dizaine d'années, il le jugea fin prêt pour suivre cet enseignement rigoureux, lui léguer son savoir-faire avant que la maladie qui le rongeait depuis maintenant une décennie ne le fasse succomber et quitter ce monde bercer par la douleur et la haine.



Trois ans s’étaient écoulées, la cécité et la maladie pulmonaire contractées  avaient pris le dessus sur l’état de santé du vieil homme et maître de l’apprenti sabreur qui lui, savait déjà manier avec une aisance déconcertante les lames combinées à son ninjutsu de niveau limité certes. S’éveillant à la nature de chakra du feu, hérité du neuf queues, plus connu sous le nom de « Katon no Hijutsu » tout comme son professeur.

Persuader que son heure était arrivée, Mitsurugi profita de l’absence de son disciple pour rédiger une lettre écrite avec une plume de phœnix à l’égard de celui qui l’a accompagné jusqu’à ses derniers instants,  toute son âme, sa haine, les sentiments qu’il éprouvait pouvaient être mystérieusement ressentit par le lecteur. Son testament mit à son terme, l’hôte du Mangekyô Sharingan s’allongea sur son lit devenu cercueil et dernier refuge. Son œil droit laissa couler une petite larme, le vétéran rendît son dernier souffle le visage apaisé, où se dessinait un sourire qui ne s'était pas affiché depuis des lustres.

Voyant le corps inerte de son éducateur en rentrant de la chasse au gibier, Jin s'empressa d'aller aux côtés du cadavre encore chaud de celui qui l'avait accueilli et sauver, serrant la tête du shinobi contre sa poitrine, les cris et les pleurs suivaient le rythme, déchirant les bruits assourdissants des éclairs qui zébraient le ciel orageux. Apercevant le parchemin où l'Uchiha avait écrits ses dernières pensées sur une étagère aux côtés d'une bougie récemment éteinte, le Fujimi essuya ses larmes, le regard meurtri, portant l'adepte au Dojutsu qu'il considérait comme son « Grand-père » puis le déposant une nouvelle fois sur son lit, se munissant d'une de ses lames, il la plaça dans la paume du défunt, envelopper par sa main, il dirigea la pointe du katana sur sa joue gauche pour s'y faire une marque, une coupure dénonçant son amertume.

Une fois en dehors de la cabane du vieil anachorète décédé, le jeune adolescent effectua une série de signe incantatoire puis fit brûler la demeure où il avait vécu durant dix longues années et ce, de purs bonheurs. Débutant son périple, sa marche, rangeant la lettre d'adieu à l'intérieur de son kimono traditionnel, on pouvait voir la hutte s'effondrer en arrière-plan sous la puissance dévastatrice des flammes.


« Jin,

À l'instant où tu liras ceci,  je serais déjà loin et parti. Vois-tu mon petit, ma vie se trouve ailleurs, loin de ce monde, loin de ton cœur. Si je pars aussi loin c'est pour reposer mon corps et mon âme tourmentés. Loin de ces hommes tyranniques, de ces femmes et de leurs manières.

Quant à toi mon cher enfant, toi qui a su redonner des couleurs à mon existence, toi qui m’a suivi jusqu’à mon dernier souffle. Profite de la vie et de l'amour. Devient un fier guerrier, ne suit pas la voie que j’ai autrefois emprunté, celle de la haine qui ne te mènera qu’au néant et à la solitude pratiquement éternelle. Suis le chemin qui t’est tracé.

Mes mots sont je l'avoue emmêlés, mais c'est mon esprit qui est troublé car je voudrais quand même t'écrire mon fils, tout ce que je n'ai jamais su te dire en face à cause de mon orgueil et de ma fierté démesuré. Alors, je pleure ma dernière larme, je baisse contre mon gré toutes les armes.  Je quitte la vie et c’est en tant que partisan du très grand Uchiha Madara, et maître de tout ton savoir-faire que je te fais mes adieux, n’oublie pas de garder la plume et de faire consumer mon corps dans des flammes à qui tu donneras toi-même naissance. Adieu Jin, je te serais éternellement redevable  pour les moments chaleureux que nous avons pu partager, merci mon fils. »

Uchiha Mitsurugi

À la suite de cette tragédie, l'adolescent endeuillé se retrouva seul, être abandonné de cette façon était difficilement supportable mais il avait hérité de la sagesse de son maître et était parfaitement autonome dorénavant. Parcourant désespéramment les provinces de pays en pays à la recherche d'un travail quelconque pour survire, enchaînant les petits jobs à temps partiel tel que pêcheur, livreur ou encore serveur, tout ceci pour un salaire plus que discutable, ayant à peine de quoi se nourrir avec ce que lui versait ses employeurs.

Arriva l'altercation qui allait faire basculer la vie du jeune homme tout juste âgé de treize ans et demi, durant son service dans un bar situé dans une cité marchande non loin du village caché de la feuille, un groupe d'hommes armés jusqu'au cou et peu recommandable perturbaient l'ambiance pourtant connue pour la convivialité qui régnait habituellement dans ce petit restaurant. C'est en allant demandé à cette bande de malfrats de se calmer que les ennuis commencèrent, insultant ouvertement la patronne des lieux qui souhaitait les voir partir de traînée tout en lui faisant des attouchements étonnement osé.

Le manieur de lames ne pouvant rester sur sa position, ne put s'empêcher d'aller répandre l'ordre, quitte à attirer l'attention envers lui, il partit chercher son arme dans les vestiaires afin de régler ce problème dans les plus brefs délais. Son fourreau aux divers bandages placer dans la main droite, il alla en direction des truands l'air serein et déterminer, leur proposant de calmer le jeu sans quoi, ils le regretteraient, et ce, amèrement. Des éclats de rire devant la menace de la « demi-portion » comme les perturbateurs l'avaient surnommé, se levant un par un face au jeune serveur, on pouvait facilement noter la différence de taille entre Jin et les brigands, néanmoins, ça ne suffisait pas pour l'impressionner, loin de là.

Se jetant continuellement sur l'apprenti guerrier, en vain car, ce dernier d'une facilité déconcertante en venait à bout, certains se voyaient même, passer à travers les fenêtres, rien qu'avec l'étui de son katana, le Fujimi sortit vainqueur d'une demi-douzaine d'adultes doté d'armature métallique conséquente en comparaison avec son inventaire restreint. Une furie d'applaudissements, une ovation de la part des clients en guise de remerciement, l'exploit que venait de réaliser le solitaire était tout bonnement exceptionnel et ce geste n'allait pas rester inconnu très longtemps.

Le soir même, en rentrant à l'hôtel, un messager l'intercepta alors qu'il montait les escaliers menant à sa chambre, pour lui communiquer une information pour le moins très intéressante, il se trouvait qu'un espion travaillant secrètement pour le pays du fer s'était arrêté dans la taverne où celui-ci avait fait parler de ses actes.



Le départ, ou plus précisément le retour du « Ronin » sur sa terre natal ne se fit pas attendre, ayant fait son sac précipitamment après cette formidable nouvelle, l'originaire de « Tetsu no Kuni » se hâtait de rejoindre les rangs du célèbre général des samouraïs et de pouvoir enfin bénéficier du mythique enseignement au Bushidô, comme son père biologique l'avait souhaité. Ça ne pouvait pas mieux tomber, après avoir effectué un long périple de deux jours entier pour parvenir jusqu'au pays enneigé où les flocons de neige le rendait quelque peu nostalgique, il se souvenait que c'était son quatorzième anniversaire et comptait bien le fêter en se présentant au patron des forces militaires de la région.

Approchant à grands pas du quartier général, il croisa la route d'un guerrier sabreur, qui l'avait reconnu, en effet, il s'agissait de l'espion qui avait assisté à la déroute que l'épéiste à la chevelure rougeâtre avait fait subir aux bandits, le saluant et en lui souhaitant la bienvenue tout en le surnommant « Fils de Samouraï ». Apparemment, le chef des lieux l'attendait, en pénétrant dans la pièce tous avaient le regard fixé sur la démarche innocente de l'apprenti. Misatachi quant à lui, était bel et bien présent, siégeant sur son trône, il se mit sur ses deux jambes pour accueillir le nouvel arrivant.



« 自宅私の息子を歓迎. »
Bienvenue chez toi, fils. .


Une longue conversation s’en suivi, le vagabond lui relatant toute son histoire. Heureusement, pas dans sa totalité, celui-ci évita quelques détails, ne divulguant pas à son interlocuteur qu’il avait été adopté par un shinobi qui était un membre du clan « Uchiha » qui plus est. Du côté du vieux loup, le bretteur qui avait affronté « Akatsuki » dans sa jeunesse, expliqua après avoir écouté les dires du jeune adolescent assoiffé de connaissances en tout genre, que ce dernier allait pouvoir et surtout devoir bénéficier d’une éducation tout autre à celle qu’il avait connu auparavant.

Le descendant de la famille Fujimi allait être soumis à une discipline très stricte et à un entrainement des plus rigoureux,  mais avant que cela n’arrive, l’ancien élève de Mitsurugi se verrait confronter à une épreuve, une démonstration était nécessaire quant à l’entrée dans l’apprentissage du Bushidô étant donné son âge relativement avancé par rapport à ceux qui suivaient cette voie pour la première fois. Le vétéran envoya deux de ses hommes affronter Jin, l’atmosphère y était tendue, la sueur dégoulinant le long de son visage, le jeune épéiste ne tarda pas à démontrer une infime partie de son talent prêt à éclore en humiliant littéralement les sous-fifres du ténor en une poignée de secondes.

Une véritable démonstration sans se servir du ninjutsu que son défunt professeur lui avait enseigné, tout était dans sa rapidité d’exécution, sa dextérité était sans égale. En affrontant le « Dojutsu » de l'Uchiha aujourd'hui décédé durant toute son enfance, il avait développé une compétence et une aisance hors du commun particulièrement au maniement du sabre. De quoi impressionner la sommité dans le domaine, d'ailleurs, celle-ci le questionna à propos de cette force, lui demandant de qui il l'avait appris, Jin étant gêné, ne répondit que par un simple « Je me suis entraîné avec acharnement tout seul mon maître ». Il faut dire, que son talent pour le Kenjutsu ne faisait aucun doute, Misatachi ne réfléchissant pas à deux fois l'engagea sur-le-champ pour suivre l'initiation au Iaidô ainsi qu'au Bushidô, ce fut agenouillé face à son nouveau « mentor » que l'orphelin le remercia, le regard pourtant vidé de toutes émotions.



« 男性の何千を殺し、あなたは殺人者だ、人を殺し、あなたは英雄です. »
Tuez un homme, vous êtes un assassin ; tuez des milliers d'hommes, vous êtes un héros.

Le temps s'écoulait lentement mais sûrement au fil de son apprentissage, le jinchûuriki ne cessait de gravir rapidement les échelons, faisant l'unanimité au sein des écoles qu'il fréquentait dans tout le pays. Tous les enseignants disaient du bien de sa personne, vantant les mérites de ses aptitudes remarquables. L'intéresser lui, avait obtenu plusieurs contrats d'assassinats entre temps pour le compte du gouvernement, particulièrement du Daimyo qui désiraient bannir les criminels et les mafieux de ses terres. Des missions d'une importance capitale quant à son ascension dans la hiérarchie.

Sa technique au katana était tout bonnement prodigieuse et dévastatrice, il avait complètement révolutionné le Iaidô de son supérieur en mettant au point son propre style de combat qu'il ne maîtrisait d'ailleurs qu'à moitié, l'ayant appelé « (抜刀術 Battōjutsu » consistant à attaquer en dégainant sa lame à une vitesse incommensurable horizontalement, ce qui augmente considérablement la vitesse de la lame et hausse de manière non négligeable les dégâts provoqués par la coupure. Selon lui, une fois son apprentissage parvenu à son terme, l'escrimeur serait capable de couper une dizaine de personnes d'un seul coup. Il fut même surnommer dans le territoire et dans certaines contrées comme le célèbre « 幕末四 Hitokiri » chasseur de tête alors qu'il n'avait à peine que dix-sept ans, sa réputation surpassait les limites du pays dans lequel il évoluait principalement. Jusqu'à ce que cette nuit arriva...

Une nuit d'hiver, où les étoiles cristallines peuplaient par milliers le ciel au côté de l'astre lunaire à demi-caché, Wakizashi dans la main, paré à ôter la vie de sa prochaine victime, il tomba nez à nez sur une femme d'une beauté rarissime, son odeur envoûtante sentait la douceur qu'émanait un cerisier en plein été. Leurs regards se plongeaient dans celui de l'autre pendant un long moment, Jin semblait être victime d'un coup de foudre, le jeune homme avait même, lâché son arme tellement le charme de la demoiselle l'avait ensorcelé.

Le matin en se réveillant, l'héritier du clan Fujimi ne put s'empêcher de penser à cette déesse à la superbe chevelure noirâtre durant toute la journée. La paysanne habitait ses pensées jusqu'à leur seconde rencontre, prenant son courage à deux mains, l'amoureux retrouva la belle pour lui proposer un premier « rendez-vous », premier d'une longue série. C'est à partir de ce moment que l'orphelin vécut heureux tout en peaufinant son art d'escrimeur en compagnie de sa bien-aimée « Hitomi » qui vivait avec lui désormais.

En rentrant de missions, complètement épuisé par le travail, ayant une faim de loup comme à son habitude, il appela sa douce et tendre femme pour que celle-ci puisse lui préparer un délicieux repas, continuant de crier son superbe prénom dans tout l'appartement sans aucune réponse, fouillant dans ses affaires personnelles, il prit connaissance d'une lettre aux écrits plutôt surprenants.

« Mon amour,

Retrouve-moi au sommet de la montagne Yukiji, près de la cabane abandonnée. Je t'aime.  »    

Nakamura Hitomi.

Sans attendre, le samouraï se rendît dans le lieu employé dans la paperasse, même si la fatigue était à son comble, il ne pouvait s'arrêter de penser que sa moitié était probablement en danger de mort et qu'il fallait par conséquent régler immédiatement ce problème.

Toutefois, l'élève de Misatachi ne se doutait pas qu'il  ne s'agissait en réalité, que d'un coup monté. Evidemment, après avoir vécu de nombreuses années avec cette inconnue il fallait peut-être s'y attendre, malheureusement pour lui, il allait s'en rendre compte trop tardivement. Aveuglé par l'amour, il tomba dans les multiples pièges des assaillants, recevant plusieurs flèches dans le dos et les épaules, son sang giclait et coulait à flot sur le sol enneigé désormais tacheté d'un rouge menaçant.

Venu à bout des traquenards et bandits, Jin devait maintenant faire face à un samouraï de renommer national, ayant pris sa chère Hitomi en otage, étant tombé amoureux d'elle également par le passé lui expliqua que le but de cette dernière était tout simplement de l'éliminer mais faible comme elle était, la prêtresse succomba soudainement et en même temps que son conjoint, folle amoureuse de lui. S'excusant en pleurant toutes les larmes de son corps à la vue de l'état morbide dans lequel le sabreur était, qui le regard vide défia le guerrier aux trois lames.

Le combat fut bref, l'étudiant du général de la patrie remporta le duel en frôlant la mort à plusieurs reprises, sa victoire était surtout dû au sacrifice de la courageuse Nakamura qui s'interposa alors que l'assassin allait se voir affliger le coup final. Cette scène était familière, oui, une similitude avec la fin d'Uchiha Mitsurugi, se remémorant ces instants douloureux durant un instant, il retrouva le corps de sa femme, la faisant adosser contre son corps ensanglanté, la réchauffant une dernière fois dans ses bras endommagés. Ce n'était plus des larmes faîtes d'eau qui coulait le long de ses joues pâles, non, c'était bel et bien des larmes de sang.

Hitomi avant de rendre l'âme, prenant son couteau de poche, marqua l'hitokiri d'une coupure qui devrait donner naissance à une seconde cicatrice traversant la première, ses derniers mots ? Elle ne pouvait plus parler, sa gorge trop asséchée ne lui donnait pas les moyens de dire ce qu'elle ressentait pour la dernière fois pour Jin qui, abattu, se mit à émir un cri de douleur effroyable, résonant à plusieurs kilomètres à cause de l'écho que provoquait la montagne, alertant de ce fait, les villages alentour avant de disparaître.




« Infecte odeur d'amertume, qui parfume son être. Brûle, grande flamme aux belles plumes, consume son âme autrefois aussi pur que l’eau du fleuve Myobokku. Le mal est si tentant qu'il étouffe désormais sa conscience, avant de briser la nuque d'un geste net et précis de sa dernière cible, il s’enfonça dans les ténèbres menant au fruit défendu, ce raisin appeler Haine , rongeant son être depuis cet accident douloureux. »

À présent, Fujimi Jin n'est que l'ombre de lui-même, rongé par des sentiments qu'il n'aurait jamais souhaité connaître auparavant, devenu un véritable bourreau sans scrupule. Du moins, il s'agit là d'une facette qu'il peine à camoufler face à ce qu'il reste de son entourage, son maître Misatachi plus exactement. Aujourd’hui connu sous le nom du mythique « 人斬り抜刀斎 Hitokiri Battõsai », le samouraï élevé par un shinobi maîtrise dorénavant le Battõjutsu en combinaison avec le Hijutsu et divers techniques ninjutsu à la perfection, geste que ce dernier avait lui-même mit au point durant toute son adolescence et qu'il ne cesse d'exploiter lors de ses combats.

Escrimeur au talent frôlant le commun des mortels, le mythe raconte qu'il n'aurait jamais perdu un seul duel. Âgé maintenant de vingt-six ans et étant un adulte responsable, il continue avec acharnement de parfaire son art pour un jour défier l'unique samouraï digne de l'affronter, oui, cet homme n'est autre que le général de l'armée et son ancien mentor. En attendant cet instant qui s'avérera être des plus mémorables, il parcourt le monde afin de remplir les contrats qui lui sont assignés en restant bien-sûr sous les ordres du village avec lequel il s'est engagé depuis un moment en tant que dirigeant du groupuscule des spadassins légendaires, avec en sa possession la glorieuse lame foudroyante nommée « Kiba ». Charmant ses collègues dont il fait la fierté de la communauté, particulièrement celle, adepte du Iaidô, de par ses aptitudes guerrières et par l'enchaînement d'exploits les plus insolites, l’élégant escrimeur peaufine son art en démontrant qu'un samouraï peut aisément se hisser dans la hiérarchie shinobi.

スクリーンの後ろ

Prénom ou Pseudonyme : GS.

Âge  : 21 ans.

Que pensez-vous du forum ? : Il mérite plus de populass.

Avatar ? : Kenshin.




Dernière édition par Fujimi Jin le Mar 17 Mar - 0:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fujimi Jin
Samouraï légendaire Rang S / Jinchûriki de Kurama
avatar

Points : 150

MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   Lun 16 Mar - 2:04

Présentation achevée. Je vous souhaite une agréable lecture. ♪

Ps : J'ai préféré éviter de trop détaillé l'entente entre l'hôte et son démon, préférant éclaircir ce fait directement in rp ou via des flash-back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hijôma Ryukaï
Master Rang A / Admin
avatar

Points : 200
Age : 19
Localisation : Derrière toi, retournes-toi.

MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   Lun 16 Mar - 15:08

Bonjour et Bienvenue!!!

J'ai hâte de lire et de noter ta présentation qui me semble bien travaillée.
En attendant, tu peux participer au Flood et aux Jeux. Tu peux aussi aller sur la Chatbox pour faire connaissance avec les membres.

Bien Amicalement, Ryukaï.

******************************************************************************************************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naaaaaaaaaa.forumactif.pro
Hijôma Ryukaï
Master Rang A / Admin
avatar

Points : 200
Age : 19
Localisation : Derrière toi, retournes-toi.

MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   Lun 16 Mar - 17:55

J'me lance!

Wow mais WOW!

Nana mais sans rire!! L'immersion était totale! L'originalité était là! La narration est plus que plaisante! Ton personnage est trop stylé! (bon un peu cheaté mais on en reparlera)
Franchement, tu m'as régalé tout au long de ton histoire. Je voulais savoir la suite et la fin m'a laissé bouche bée! Je ne pensais vraiment pas que ton personnage tournerait comme ça et je trouve ça encore plus intéressant. Je me demande d’ailleurs comment tu vas-t'y prendre pour maîtriser Kyubi alors que c'est la
Attention Spoil:
 
qui t'anime.

Ah... Quand même.

J'ai malgré tout trouvé quelques fautes d'orthographe et de français. Mais nous ne sommes pas dans un devoir de Français alors passons. Le contexte n'est malheureusement pas là et j'en suis déçus pour la qualité de ta présentation. (Non je ne suis pas vicieux ^^)
En revanche, je trouve ton personnage un peu cheaté. Il maîtrise Ninjutsu assez "normalement" (là ça va) il excelle dans l'art du Kenjutsu (encore une fois, ça passe ^^) Mais en plus, il possède Kyubi et Kiba? Bon... Je pense que tu pourras faire de bonnes choses et tu semble être assez habitué aux RP alors je vais décider de te laisser ces libertés (qui sont la base de ce forum) et je vais attendre que tu lise le règlement. ^^

Sinon, pour moi, tu es Validé Samouraï légendaire Rang S / Jinchûriki de Kurama; niveau 71

On attend Kazega pour clore tout ça. Wink

******************************************************************************************************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naaaaaaaaaa.forumactif.pro
Uchiha Kazega
Admin
avatar

Points : 164
Localisation : Devant l'ennemi, près à encaisser les attaques !

MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   Mar 17 Mar - 20:57

Salut !

Déjà je tenais à te remercier pour les efforts que tu as fournis pour ta présentation Smile

Une très belle histoire !

Malgré les cotés sombres je penses que l'Histoire de ton personnage est aussi belle que tragique !

(Hein c'est bizarre ? hmhm bref)

Je n'ai eu aucun mal à comprendre ton Histoire, elle est clair et réfléchit.

Surtout garde bien ton Nindo en tête ! Je me suis attaché à ton personnage, surtout grâce à l'immersion (j'en parlerais plus bas)

Un personnage très ou trop puissant ?

Ton personnage me semble avoir beaucoup d'atout...mais hop ! Kurama est la ! J'ai trouvé que tu était trop puissant.
La particularité de ce forum est la liberté, voilà pourquoi je n'ai pas de regret de te validée mais j'aurait aimé voir moins d'invincibilité dans ta présentation, si tu vois ce que je veux dire.
Voilà pourquoi je compte sur toi pour faire part de maturité en terme de fairplay avec les autres joueurs Smile.
(J'approuve totalement ce qu'a dit Ryukaï voilà pourquoi je ne reviendrais pas plus dessus).

Une immersion qui tue, comme je les aimes !

Aucun problème pour plonger dans ton texte, comme l'a dit Ryukaï, tu as une très bonne narration !
Tu as très bien détaillé ton texte, j'ai apprécié particulièrement les petits détails (exemple: la lettre de  Mitsurugi Uchiha) ou bien les citations !

C'est juste dommage que tu n'es pas mis une seule trace du contexte !

Je te valide donc Samouraï légendaire de Rang S/ Légataire du démon renard à 9 queues de niveau 75 !

******************************************************************************************************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naaaaaaaaaa.forumactif.pro/
Fujimi Jin
Samouraï légendaire Rang S / Jinchûriki de Kurama
avatar

Points : 150

MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   Mar 17 Mar - 23:56

C'est noté. Ne vous en faîtes pas, je saurais être fair-play.

Merci pour vos appréciations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fujimi Jin - 富士見晋   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fujimi Jin - 富士見晋
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'aquarium de Fujimi
» Fujimi Fukami [Seconde validation s.v.p]]
» À boire tavernier ! (PV Zelko, Iwan, Enzo et Fujimi)
» La Mécanicienne et le Marionnettiste (Feat. Fujimi Aki)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naaaaaaaaaa :: Corbeille :: Corbeille :: Racontez-nous votre histoire :: Kiri-